Suivez notre blog santé

Infos santé

Le typhus félin (panleucopénie)
- Appareil digestif

Le Typhus félin, ou panleucopénie féline est une maladie virale très contagieuse et souvent fatale présente dans le monde entier. Les chatons âgés de moins d’un an sont les patients les plus à risque et succombent à la maladie en phase suraiguë dans 80% des cas. La vaccination, très répandue et efficace, a permis de limiter la prévalence de cette maladie qui se retrouve principalement à l’heure actuelle chez des animaux non vaccinés.

L’agent pathogène en cause est le parvovirus félin (FPV). Il s’agit d’un virus très résistant dans le milieu extérieur qui peut survivre plus d’un an dans une pièce à température ambiante, protégé par du matériel organique. Néanmoins, il est sensible à l’hypochlorite de Sodium (eau de Javel diluée à 6%) qui sera notamment utilisé pour désinfecter les objets qui ont été en contact avec un animal présentant la panleucopénie féline.

La transmission d’un animal à l’autre se fait par voie oro-nasale en cas de contact avec des animaux malades, leurs sécrétions naturelles ou des objets contaminés (exemple : vêtements, litières, chaussures …). Le virus se retrouve en quantité très abondante dans toutes les sécrétions naturelles (fèces, salive, sang, urine) provenant de l’animal malade et ce jusqu’à 6 semaines après la guérison clinique de l’animal. Une fois transmis, le virus se dissémine dans les tissus de l’organisme, avec une affinité particulière pour les cellules en division, notamment celles de l’épithélium intestinal, de la moelle osseuse, des tissus lymphoïdes et chez les très jeunes animaux du cervelet et de la rétine. La transmission transplancentaire est possible et génère des morts fœtales ou une hypoplasie cérébelleuse à l’origine de troubles neurologiques (ataxie cérébelleuse, tremblements …).

La durée d’incubation est très courte et les premiers signes cliniques peuvent apparaitre 2 à 7 jours seulement après l’exposition. Chez l’adulte, la plupart des infections sont subcliniques comme en témoigne la forte séro prévalence d’anti corps anti parvovirus félin chez les adultes non vaccinés en bonne santé. Néanmoins, chez les jeunes chats (âgés de moins d’un an), le taux de mortalité est très élevé. Les signes cliniques sont un abattement important (état de typhose), des signes gastro-intestinaux (diarrhée, vomissements…), une déshydratation sévère et en stade terminal un choc septique.

Le diagnostic fait appel à différents examens complémentaires comme la radiographie abdominale, l’échographie abdominale, la numération formule sanguine (recherche d’une leucopénie) ou encore la recherche du parvovirus félin sur selles par PCR (Polymerase Chain Reaction).

Des soins en urgence sont parfois nécessaires et consistent alors en une réanimation médicale et un soutien des fonctions vitales le temps que le propre système immunitaire de l’animal maîtrise le parvovirus félin. Un traitement spécifique (anti viral) existe (Interféron), mais son efficacité est encore controversée dans la littérature.

La prévention est possible à l’aide d’un vaccin et elle est recommandée chez tous les chats, y compris ceux n’ayant pas accès à l’extérieur (Cf transmission par les objets contaminés). La vaccination avec un virus inactivé ou atténué génère une immunité efficace et de longue durée. Les vaccins atténués sont à éviter chez les chattes gravides, les animaux malades ou immunodéprimés ou les chatons âgés de moins de 4 semaines.

05 56 95 01 01
Parc d'activités Mermoz
19, avenue de la forêt
33320 Eysines

Horaires & rendez-vous

Aquivet vous accueille pour les consultations spécialisées tous les jours :

Du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 19h

Le samedi de 8h à 12h

Demandez un rendez-vous


Vos retours nous intéressent